Être une grande gueule.

Comment expliquer que, parfois, alors qu’une majorité des personnes présentes est en faveur d’une proposition A, il semble, vu de l’extérieur, que c’est l’inverse ? Pourquoi est-ce que, dans certains débats, ce sont toujours les mêmes personnes qui prennent la parole ?

Être une grande gueule, c’est aussi mettre en place un système d’oppression, dans lequel les personnes qui sont plus timides, ou dont les paroles sont moins éloquentes, sont systématiquement moins écoutées.

Les personnes dominées se sont battues pendant longtemps et se battent encore pour se réapproprier le droit au discours. Que ce soient les femmes avec le droit de vote, les homosexuel-le-s avec la dépsychiatrisation, … Lorsque des personnes qui ont été éduquées toute leur vie à exister avec discrétion et à s’écraser devant les blancs-valides-riches-hommes-… apprennent à s’exprimer avec vigueur et conviction, c’est une grande avancée qui est faite. J’admire beaucoup celles et ceux qui ont su s’extirper de leur conditionnement pour relever la tête face à l’oppresseur.

Mais face à cet exercice de subversion des normes, nous ne sommes pas tous égaux. D’abord parce que nous n’avons pas tous déconstruit les rapports d’oppression que nous avons acquis, mais aussi parce que déconstruire ne veut pas dire se conformer du plus que l’on peut au même modèle de la gouine-féministe-radicale-noire-handicapée dans tout son stéréotype le plus exubérant. Sauf si c’est ce qui se révèle au fond de nous bien sûr. Mais nous devons également prendre en compte que certains d’entre nous aspirent, certes à ne pas se faire écrabouiller d’un coup de talon, mais à garder un certain calme ou retrait dans sa vie quotidienne. Et ce n’est pas incompatible avec le militantisme, puisqu’il existe des milliers de choses à expérimenter et à subvertir dans la recherche de la société idéale comme faire du tricot en AG, faire des gâteaux pour éviter les petits creux en manif, programmer un joli site internet pour une asso, …

Donc, nous ne sommes pas tous des « grandes gueules ». Qu’est-ce que cette différence apporte dans nos relations sociales ? D’abord en réunions de groupes, nous ne serons pas tous entendus de la même manière. Il sera plus aisé pour certains de prendre la parole, d’énoncer son point de vue ou d’exprimer son mécontentement bruyamment depuis l’autre bout de la salle. D’autre part, en discussions individuelles, nous ne nous répartirons pas non plus la parole de la même manière. Certains parleront plus longtemps, couperont la parole de l’autre plus souvent,… Et au-delà d’être une manière de se visibiliser, le concept d’être une « grande gueule », c’est aussi maîtriser des principes oratoires plus ou moins sophistiqués. C’est être capable d’une meilleure organisation de ses idées et d’une meilleure présentation de son argumentaire. Conséquemment, c’est savoir rallier les gens à son point de vue.

Or, ceux qui ont habituellement la prérogative du discours, ce sont bien les dominants. Ce sont eux qui ont le privilège de désigner la pensée politiquement correcte et le bouc émissaire qui va à son encontre. Si le dominant de nos milieux n’est plus le même que celui de la société hétéropatriarcale, c’est qu’il s’agit d’un simple retournement des systèmes d’oppressions et d’un renversement des dynamiques de domination.

Et les personnes qui ont appris à l’ouvrir bien grand pour crier leur colère finissent parfois par étouffer et entraver la parole des autres, dominés pas encore libérés ou ex-dominants émasculés. C’est ainsi qu’on voit les pédés cisgenres fuir les espaces lgbtqif, ou les trans dénoncer chaque personne bio qui prendrait leur défense dans une discussion.

Ce constat quasi systématique dans les espaces mixtes militants entraine un certain nombre de questionnements. Est-il possible de construire un discours commun basé sur une oppression partagée lorsque nous sommes issus de classes sociales si différentes par ailleurs ? Existe-t-il des recours alternatifs au séparatisme dans la recherche d’espaces-temps safes ? En quoi la responsabilité des grandes gueules s’assimile-t-elle à celle des dominants, pour qui le droit au discours est inné, dans la redistribution de la parole ? Pouvons-nous parvenir un équilibre d’écoute et d’expression en étant attentifs à ce qui nous entoure ?

Un commentaire sur “Être une grande gueule.

  1. Super article ! Perso j’apporterais bien deux nuances : je ne sais pas comment ça se passe en AG dans tes assoc’ mais dans ma vie de tous les jours je trouve que le groupe ne donne pas systématiquement raison à ceux qui parlent le plus ou le mieux. Par exemple certains de mes amis, R. ou N. sont des grandes gueules mais parfois un seul commentaire d’autres amis plus réservés, A. ou T. me fait plus réfléchir que les discours fleuves. Ensuite, mais ça c’est peut-être très personnel, j’aime bien être celle qui aide tout le monde à prendre la parole. En discussion de groupe, ça m’intéresse de connaître l’avis de la timide intello qui en a pas casé une, ou d’interroger le mec qui a une expérience différente du sujet et qui fait la gueule parce qu’on lui demande pas son avis. Du coup dans ces cas là je ne sais pas trop si je suis dominante ou oppressée dans la discussion.
    Après, sur les questions que tu poses, je ne suis pas experte en la matière mais je pense que l’écoute, ça s’apprend. Est-ce qu’il faut s’accorder des moments hors de la discussion quand on se sent oppressé-e ? Peut-être, mais peut-être aussi redonner de l’importance aux silences. À quoi bon occuper chaque seconde de temps de parole s’il n’y a pas de blancs pour que chacun-e intègre et analyse ce qui a été dit ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s