Sortir du placard trans

Je vois passer de plus en plus régulièrement des prises de positions de meufs féministes (cis ou trans), assimilant les mecs trans à des mecs cis, leur attribuant un certain nombre de privilèges liés au genre masculin. Or la réalité des situations des mecs trans me paraît plus complexe que cela.

Bien sûr, je ne souhaite absolument pas ici remettre en question les analyses féministes matérialistes qui utilise les classes sociales d’“hommes” et de “femmes” comme outils pour identifier et critiquer les rapports de pouvoir qui s’exercent au sein de notre société hétéropatriarcale. La question ici est plutôt de savoir comment analyser la position des hommes trans dans les espaces communautaires queers et féministes au sens large.

Lire la suite « Sortir du placard trans »

Publicités

Identités en questions

Ces derniers temps, j’ai vu passer pas mal de choses autour des définitions des identités non-binaires et des orientations asexuelles et aromantiques. Dont pas mal de choses assez problématiques.

Je pense que la pensée politique se développe par l’analyse et la critique. Réfléchir aux questions d’identités, d’oppressions, d’orientations, … c’est un cycle de questionnements, de solutions, de critiques, de re-questionnements, d’adaptation de la solution, … Et c’est hyper important que nous gardions entre nous la possibilité de débattre, de se questionner, de critiquer et d’entendre les critiques, … Mais pour ça, d’une part les critiques doivent être constructives (c’est à dire qu’elles doivent faire avancer la réflexion) et argumentées (parce que si tu es seul à comprendre ta critique, on va pas avancer tous ensemble) ; et d’autre part on doit être prêt à se remettre en question, et considérer qu’une critique peut être une invitation à la discussion et pas nécessairement une négation invisibilisante d’un ressenti minoritaire.

Lire la suite « Identités en questions »

La construction discursive d’identités « polysexuelles ».

Il ne faut pas avoir peur du titre, c’est un peu pour me la péter, parce que je trouve qu’il sonne vachement branlette intellectuelle. 🙂

Dans Trouble dans le genre[1], J. Butler montre l’existence d’une ligne sexe-genre-désir, basée sur le désir hétérosexuel et l’hétérosexualité obligatoire. C’est à dire que les  individus sont censés correspondre à une catégorie de sexe (mâle ou femelle), qui elle-même correspond à une catégorie de genre (homme ou femme), liée à un désir hétérosexuel, c’est à dire vers des individus de sexe/genre « opposé ». C’est le propre des théories queer, dans une visée de libération des corps et des identités, de lutter contre ce système hétéropatriarcal, défini par de nombreuses féministes.

Lire la suite « La construction discursive d’identités « polysexuelles ». »